Quel projet pour le Chablais ?

Publié le par soret

Bonjour,
 
CAP à gauche vous avait invité il y a quelques mois à réfléchir sur un projet pour le Chablais, dans la perspective des élections municipales et cantonales.
Vous trouverez ci-joint le résultat de ce travail, certes incomplet et perfectible, mais qui peut, s’il vous parait intéressant, vous aider dans le choix que vous aurez à faire le 9 mars prochain, en comparant ces propositions avec celles des candidats dans votre commune et votre canton
 
CAP à gauche soutient deux candidatures aux cantonales, sous l’étiquette « résolument à gauche », soutenue par le PCF et CAP à gauche:
 
  • Canton d’Evian : Jean-Philippe Robert (PCF) et Elisabeth Cabotte (CAP à gauche)
  • Canton du Biot : Claudine Vuillaume (PCF) et Jean Debain (CAP à gauche)
 
Pour les municipales, des candidats sont présents dans plusieurs communes, à titre personnel. A vous de juger si les programmes proposés prennent en compte
 
 
 
Quel projet pour le Chablais ?                                 04/03/2008
 
 
Esquisse de programme pour les municipales et les cantonales proposé par un groupe de citoyens du Chablais
 
L’objectif de cette démarche et de définir des propositions d’actions et de réalisations locales et départementales s’inscrivant dans une alternative au libéralisme économique, prenant en compte les questions sociales, dans le respect des équilibres écologiques.
 
  • Généralités 
-  L’action politique locale doit s’inscrire dans la défense des valeurs qui fondent la République et en particulier de la laïcité, de la fraternité, de la solidarité, aujourd’hui remises en cause par la majorité présidentielle
- Notre action se développera dans l’esprit de défense et de développement des services publics non marchands partout où ils peuvent répondre aux besoins.
- les coûts des services et la fiscalité tiendront compte des moyens de chacun (mise en place du coefficient social) et encourageront la lutte contre le gaspillage (tarifs progressifs)
 
  • démocratie
- la démocratie passe par l’information des citoyens, en particulier dans l’intercommunalité. La transparence des enjeux et des choix, l’association des citoyens doivent être un objectif primordial
- nous proposons la mise en place de budgets participatifs par quartiers et hameaux gérés par des comités de citoyens ouverts à tous
- nous proposons de généraliser l’ouverture des commissions communales et intercommunales pour accroitre la représentation des citoyens et la mobilisation des compétences
- les associations sont des éléments indispensables à la vie sociale. Sans les soumettre à un arbitraire politique, elles doivent pouvoir disposer des moyens de leur action, en particulier l’accès à des salles de réunions gratuites dans les villes comme dans les villages
 
  • urbanisme 
- nous ne pouvons subir sans réagir la croissance de l’agglomération genevoise qui se déverse sur nos territoires : il est nécessaire de maîtriser et d’équilibrer cette croissance pour créer des emplois localement, maintenir la qualité de la vie et la rendre accessible au plus grand nombre dans le respect de l’environnement. Nous inscrirons notre action dans le développement concerté d’une écorégion autour de Genève s’inspirant des expériences mondiales les plus avancées.
- élaborer un plan de circulation douce dans et entre chaque commune : chemins piétons, pistes cyclables
-  prévoir un schéma de mise en place de transports en commun multimodal limitant les déplacements auto : trams, train, bateau, parcage des voitures… Ce schéma doit s’opposer aux projets de développement routier qui ne font qu’aggraver le trafic et favoriser les délocalisations hors des villages et centre ville des commerces, services et loisirs.
- inventorier, sauvegarder et valoriser ce qui reste de notre patrimoine architectural et historique
 
  • éducation - enseignement 
- sécuriser les abords des écoles en éloignant les voitures et favorisant les trajets piétons et vélo.
- favoriser la gestion publique des cantines et assurer des repas de qualité sans OGM, bio local et équitable le plus possible
- remplacer les emplois précaires dans le personnel d’accompagnement, administratif et technique dans les écoles, les collèges et les administrations par des emplois stables
- favoriser les activités périscolaires encadrées, en aidant les associations et les structures dédiées (Contrats Enfance Jeunesse, Maison des jeunes, …)
 
  • action économique 
- aider les entreprises se plaçant dans une démarche de défense de l’environnement et de défense de l’emploi local par la création de zones aménagées, par des prêts et allègements de charges…
- créer de nouveaux marchés de proximité ouverts en priorité aux producteurs locaux ; favoriser l’implantation de commerces de proximité en centre-ville et centre-villages
- favoriser la conversion des exploitations agricoles en « bio »
- développer la filière bois, en particulier la valorisation des déchets forestiers pour le chauffage des bâtiments publics
- soutenir les filières de formation aux métiers écologiques (isolation, construction bioclimatique, énergies renouvelables…)
- étudier la mise en place d’un fonds d’investissement public pouvant intervenir dans le capital des entreprises performantes menacées de prédation par les fonds de pension (LBO)
- réfléchir à moyen terme sur l’avenir économique et touristique des communes de montagne sans la neige
 
  • environnement 
- mettre en place des filières de collecte et de traitement des déchets limitant l’incinération
- poursuivre résolument la dépollution des rivières et la protection de l’impluvium
- créer des réserves foncières agricoles et biologiques
- développer les jardins populaires, lieux d’échange et de convivialité
- protéger nos paysages de la « banlieurisation » et les restaurer autant que possible lorsqu’ils ont été dégradés
 - encourager la plantation de haies mélangées d’essences locales favorisant la biodiversité
 - interdire le survol du territoire par des hélicoptères effectuant des transports de personnes privés
 
  • logement 
- construire des logements sociaux de qualité dans chaque commune, en fonction des besoins sans se limiter aux quotas légaux. Le financement pourrait en être assuré en partie par une taxation de la spéculation foncière
- encourager les constructions de Haute Qualité Environnementale
- maitriser le développement anarchique des lotissements en favorisant les habitats groupés ou l’extension des hameaux existants
- réaliser au plus tôt un éco village modèle pour démontrer l’intérêt de cette démarche auprès des acteurs locaux du bâtiment, dont une part en locatif social
 
  • action sociale  et santé
- aider au maintien à domicile des personnes âgées en soutenant l’action des structures associatives dont c’est l’objet (aide à domicile, portage de repas…) et en favorisant la création de réponses aux nouveaux besoins (petits dépannages, déplacements…)
- développer l’accueil de la petite enfance au plus près des besoins des familles (domicile, travail)
- agir pour le maintien des structures publiques de santé locales et en particulier des hôpitaux du Léman Favoriser l’installation du personnel médical  au plus près des besoins des populations
- faciliter l’accès des populations fragilisées à leurs droits et aides
- refuser de participer au contrôle policier des populations par les services sociaux et les élus
 
  • culture 
- favoriser l’accès à la lecture et aux nouveaux médias par la mise en place d’un « média bus » pouvant toucher un public ne fréquentant pas les bibliothèques et médiathèques ou ne maitrisant pas l’Internet.
- poursuivre et développer la diffusion de spectacles en milieu rural
- soutenir la création artistique locale, amateur et professionnelle
 
ﯼﯼﯼﯼﯼﯼﯼﯼﯼﯼﯼﯼﯼﯼ
 
Nous soumettons ces propositions, qui ne sont pas exhaustives, à tous les Chablaisiens, pour qu’ils exigent leur prise en compte par celles et ceux qui solliciteront leurs suffrages aux prochaines élections locales, municipales et cantonales.
 
 
 
 

Publié dans Programme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article