Progamme pour Gap

Publié le par soret

Nous voulons mettre en oeuvre une réelle démocratie au sein

de la commune : nous sommes persuadés que les élus ne

sont rien s'ils sont coupés de leurs électeurs et des citoyens

en général. En conséquence, nous nous donnerons les moyens

de consulter les habitants et de mettre en place leurs

propositions dans un budget municipal recomposé.

Nous proposons 3 grands axes politiques déclinés en 9 priorités

qui serviront de base à quatre ateliers citoyens pour

l’établissement du programme pour les élections municipales.

Un atelier supplémentaire est plus particulièrement chargé d’étudier

l’aspect financier, tant sur l’évaluation de la situation actuelle

de la commune de Gap, que sur la faisabilité de notre programme.

Ensemble, bâtissons l'alternative

Une politique de démocratie active et de proximité pour mieux vivre ensemble à Gap

- 1 - La démocratie active

- 2 - Vivre ensemble à Gap

Une politique sociale qui construit des solidarités et propose un autre aménagement des territoires

- 3 - Construire les solidarités

- 4 - Un autre aménagement du territoire

Une politique écologiste

- 5 - Promouvoir la sobriété énergétique, économiser les ressources et

lutter contre les changements climatiques

- 6 - Maîtriser l'urbanisme et diversifier l'offre de transports publics

- 7 - Conjuguer environnement et santé

- 8 - Construire une politique municipale écologiquement responsable

- 9 - Conduire une politique municipale solidaire des territoires

Elections Municipales de GAP

des 9 et 16 Mars 2008

Adresse du local de campagne :

GAUCHE

37 rue du Mazel

05000 GAP

Téléphone :

06 79 25 38 44

Courriels :

jceyraud@wanadoo.fr

jpccers.leroux@wanadoo.fr

Blog :

http://jceyraud.blogspirit.com

Document de travail pour l’établissement d’un programme pour les élections municipales

- 1 - La démocratie active

Nous voulons instaurer le débat collectif ouvert et public, la participation des citoyennes et citoyens aux prises

de décisions et au contrôle de leur mise en oeuvre. Pour cela nous défendons 6 objectifs :

> Faire vivre les instances de citoyenneté active : associations, comités de quartier, conseils de résidentes

et de résidents, conseils d'enfants et de jeunes, commissions extra-municipales, comités d'usagers.

> Leur donner des moyens leur permettant d'agir (locaux, subventions, moyens de communication).

> Mettre en place des budgets participatifs dans certains espaces (quartiers par exemple).

> Garantir un réel fonctionnement démocratique des assemblées élues, avec des exécutifs collégiaux et

des droits pour les groupes politiques minoritaires.

> Favoriser l'expression de la population par des référendums, des assemblées de citoyens.

> Permettre à l'opposition de s'exprimer et d'exister en tant que telle en lui donnant des moyens (locaux,

budgets de fonctionnement, secrétariat).

- 2 - Vivre ensemble à Gap

Vivre ensemble, c'est se rencontrer dans des lieux urbains et dans des lieux de culture.

3 aventures principales à partager.

L

cheminements piétonniers et cyclistes, les associations qui s'y créent, les lieux conviviaux de rencontre, de

délibération, de citoyenneté.

A VIE dans les différents quartiers de la ville : revisiter les modes de fonctionnement des centres sociaux, les

L

théâtre, une bibliothèque, un centre municipal de culture et de loisirs et bientôt une salle des fêtes (sans oublier le

musée départemental, une bibliothèque associative et des cinémas commerciaux et associatifs). Mais s'il faudra

suivre de très près tous ces équipements, il reste un secteur culturel associatif qu'il sera nécessaire de soutenir.

A CULTURE est un des éléments centraux de la réduction des inégalités. Nous avons la chance d'avoir à Gap un

L

marchandisation. La France comme toutes les autres "nations olympiques" a utilisé la vitrine sportive pour

promouvoir son exemple social. La forte tradition d'intervention publique dans ce domaine fait place maintenant

à une professionnalisation marchande d'une grande partie des acteurs du sport. Une relation, qui peut

paraître ambiguë, entre la puissance publique et le domaine sportif s’est développée. Ainsi par mimétisme,

le sport est devenu un enjeu politique pour la promotion de certaines communes.

L'indépendance des structures sportives doit être préservée. Un système de contractualisation clair doit lier

l'aide au fonctionnement à des contreparties (tarification permettant l'accès au plus grand nombre).

Les subventions allouées aux clubs sportifs doivent être conditionnées à une contribution, sous forme d'accueil,

d'encadrement et de formation des jeunes de la "cité". L'émergence dans le milieu sportif, d'une "élite”, ne peut

être qu'une conséquence ponctuelle et non un objectif prioritaire. La politique sportive des clubs aidés doit être

lisiblement et durablement celle de la réalisation d'un projet collectif dépassant la notion de compétition.

Le sport qui est un pan particulier de la culture, doit être un vecteur permanent d'aide à la construction de la

citoyenneté.

Les financements publics doivent en priorité être consacrés à la construction d'équipements accessibles à tous,

cela doit être défini avec l'ensemble des partenaires publics et privés.

Nous soutiendrons les initiatives dans ce sens et nous serons opposés aux subventions à outrance des

équipes professionnelles.

Il y a actuellement un projet sur lequel une équipe municipale devra se pencher qui est celui de la patinoire.

E SPORT. Deux tensions traversent le champ du sport : élitisme et sport populaire et égalité participative et

Un des chantiers pourrait être la mise en place d'une carte culture/sport

permettant d'accéder à certains services ou de pouvoir expérimenter

pendant une période limitée un sport ou une activité culturelle.

Le service des affaires culturelles serait le moteur des grands projets culturels, il pourrait avoir comme principes de base :

> l'accompagnement financier, logistique et de conseils de tout le secteur culturel,

> la valorisation des actions,

> la coordination des différentes manifestations,

> l’encouragement des collaborations et la mutualisation culturelle,

> d'être le garant d'une éducation artistique pour tous et de la démocratisation de l'accès à la culture.

Une politique de démocratie active et de proximité pour mieux vivre ensemble à Gap

2

A

UTRES DOSSIERS :

> La liberté de culte: nous sommes avant tout des défenseurs des valeurs de la laïcité. Cependant la liberté

de culte est un droit fondamental. C'est pourquoi nous devons permettre à toutes les sensibilités de

pouvoir s'exprimer, vivre leur foi dignement dans le respect des valeurs républicaines (à l'exception des

dérives sectaires). C'est pour cette raison qu'il faut se questionner sur les lieux de culte (une mosquée

pour les musulmans de Gap ?).

> La création d'un journal municipal ouverts aux citoyens et aux associations.

> Il conviendra aussi de prendre part à la sauvegarde et au développement de notre langue dite "régionale"

et à la culture qu'elle véhicule, trésors parfois oubliés de notre histoire en soutenant les associations

qui oeuvrent dans cette dynamique.

- 3 - Construire les solidarités

Nous voulons utiliser tous les outils disponibles et en créer de nouveaux pour renforcer la solidarité envers les

plus démunis et surtout pour que ces personnes puissent retrouver leur indépendance.

N

OS PRIORITÉS :

L

O

ville pour ceux qui le souhaitent.

T

de l'aide à la personne et aux familles.

D

difficulté en réservant plus de logements sociaux dont la gestion sera confiée à ces associations (baux glissants).

R

solidaire, seule économie non délocalisable.

S

de la lutte contre l'exclusion notamment celles qui interviennent dans le champ de l'insertion par l'activité

économique (associations intermédiaires, chantier et entreprises d'insertion…)

P

> La petite enfance : développer le nombre de places de crèches et associer les parents à la réflexion,

tout en maintenant une participation financière proportionnée au quotient familial.

> Le primaire: améliorer les conditions d'accueil propices à la réussite de tous les élèves (sans se

substituer aux charges de l'Etat). Améliorer également l'accueil dans le temps périscolaire

(garderie, cantine, étude) pour favoriser l'épanouissement de tous les enfants.

UTTER contre toutes les formes de discriminations.RGANISER l'accueil des personnes d'origines étrangères et leur donner les moyens de s'installer dans notreRAVAILLER en étroite collaboration avec toutes les associations et les administrations qui oeuvrent dans le domaineONNER des moyens plus conséquents à celles qui travaillent dans le domaine du logement des personnes enÉFLÉCHIR à la création d'emplois non précaires, par exemple dans le domaine de l'écologie et de l'économieOUTENIR et développer les actions et les structures oeuvrant dans le domaine des services à la personnes ouERMETTRE à tous d'accéder aux services municipaux :

> équipement informatique progressif en 2 ans,

> équipement sportif et accès égalitaire à toutes les structures municipales,

> gratuité des lieux de culture,

> financement des classes transplantées,

> équipement et renouvellement progressif des bibliothèques,

> aménagement du temps de cantine avec des personnels formés à l'accueil et à l'animation,

> retour à la gestion municipale de la cantine, réflexion sur une possibilité de cantine bio,

> participation active des parents à la réflexion sur l'accueil des enfants,

> création de postes d'éducateurs sportifs et artis

tiques.

La situation à GAP (quelques chiffres de 2005 et 2006)

> 372 personnes reçoivent l'allocation de solidarité vieillesse,

> 6,06% des retraités ont une situation précaire,

> 559 personnes sont allocataires du RMI + 935 personnes bénéficiaires (enfants conjoints),

> 304 familles bénéficient de l'épicerie sociale,

> 563 élèves bénéficient d'un fonds social.

Une politique sociale qui construit des solidarités et propose un autre aménagement des territoires

3

> Les jeunes : des espaces jeunes, centre sociaux avec animateurs, travailleurs sociaux,

médecins, psychologues où tous les problèmes puissent être abordés en

confiance.

> Les personnes âgées : priorité au maintien à domicile, créer des centres d'accueil de jour et

travailler avec les équipes des foyers logements et établissements médicalisés

pour renforcer l'intergénérationnel et l'ouverture sur la ville.

Continuer à développer l'accueil des personnes dépendantes et associer

les familles à cette réflexion. Créer un observatoire indépendant d'évaluation

de la qualité de vie des personnes dépendantes. Se pencher

enfin sur les personnes âgées issues de l'immigration. Repenser leur lieu

de vie au foyer de la Luye (ancien foyer Sonacotra) et leur suivi médical,

quasi inexistant pour sortir du cercle limité des solidarités communautaires

et tendre vers des solidarités collectives.

> Les personnes handicapées : travailler sur la place des personnes handicapées dans la ville en étroite

collaboration avec les associations comme l'APF, le Foyer Borel et la

Source, l’IME de S

Réfléchir sur les obsèques et notamment sur le projet de crématorium en cours : service public ou commercial ?

t jean...

- 4 - Un autre aménagement du territoire

Un logement social de qualité

Quelques chiffres : il y a 3 110 logements sociaux dont 2 452 gérés à Gap par l'OPAC 05

Ces chiffres sont importants pour construire une politique d'aménagement du territoire avec la population qui

habite les logements sociaux et qui correspond à près de 18% du parc de logement total.

Il faut ajouter qu'il manque des logements sociaux : 830 demandes non satisfaites à l'OPAC05 et 18 mois d'attente,

et que les demandes ont augmenté pour 2 raisons : à cause de l'éclatement des familles et du fait que les

gens ne bougent plus parce qu'ils ne peuvent pas accéder aux loyers du secteur privé (taux de rotation d'environ

10%). Il nous faut donc exiger la construction rapide de logements d'autant plus que l'application de la loi

sur “le droit au logement opposable", dite loi DALO, est entrée en vigueur au 1

Si l'hébergement d'urgence semble à peu près correct, il manque des lieux pour accueillir des personnes qui ne

peuvent vivre seules : il faudra réfléchir à la construction d'une maison sociale.

Thèmes à rajouter : les logements vides ou insalubres, le prix des loyers, la construction de logements collectifs

économes en énergie…

L'activité commerciale à Gap

Nous réfléchirons à une autre forme d'organisation que celle des "zones" d'habitat, commerciales ou artisanales

reléguées à la périphérie. Nous réfléchirons avec les associations de commerçants du centre ville et des zones

commerciales actuelles sur un bon équilibre des offres en centre ville et à la périphérie. Ceci implique une réflexion

conjointe sur la circulation et sur l'habitat. (Espaces piétons, parking, habitat social…)

Nous aurons à coeur de favoriser et de permettre l'installation de commerces de proximité pour les personnes

âgées qui font le choix de rester chez elles.

Les services publics

Nous aurons comme priorité de défendre les services publics, de permettre leur amélioration et d'en créer certains :

municipalisation de l'eau et du traitement des déchets par exemple.

er janvier 2008.

2125 se répartissent en 5 zones principales

Quartiers Nb logements Nb habitants % de mineurs

Centre ville 308 658 17,78

Beauregard 342 1218 18,47

Molines 415 1570 17,96

Fontreyne 554 1848 22,45

Haut de Gap 506 2380 21,47

4

Face aux dangers pour notre planète et pour l'humanité que constituent le réchauffement climatique, la disparition

de la biodiversité, la raréfaction des ressources naturelles, les pollutions et globalement la dégradation de

l'environnement, aucun d'entre nous ne peut aujourd'hui ignorer l'urgence environnementale à laquelle nous sommes

confrontées. Ce défi appelle des réponses politiques à la hauteur des enjeux et le niveau communal n'est pas

épargné. Un engagement écologique fort doit fédérer nos énergies tant il est vrai qu'aucun effort particulier ne

portera vraiment ses fruits, s'il ne s'inscrit pas dans une dynamique collective. Parce que la commune et les intercommunalités

sont au plus près des citoyens, des lieux de vie, d'échange, de partage, de lien social, elles agissent

pour promouvoir de nouveaux comportements.

Il est donc urgent de :

- 5 - Promouvoir la sobriété énergétique, économiser les ressources et lutter contre les changements climatiques par:

> L'économie d'énergie et le recours aux énergies renouvelables notamment dans les bâtiments publics

et le parc immobilier social. Formation de chacun sur les bonnes pratiques.

> L'aide à la création d'entreprises qui travaillent sur la construction et les énergies renouvelables.

> L'aide à l'amélioration de l'habitat : création d'un lieu où les personnes qui construisent seraient aidées :

centre de ressources sur les nouvelles techniques de construction, d'isolation, de chauffage…

- 6 - Maîtriser l'urbanisme et diversifier l'offre de transports publics

Nous voulons un projet urbain à taille humaine, écologique et convivial. Cela nécessite d'avoir une conception

globale de la ville et de son développement.

> L'

- Créer des zones d'interventions foncières avec utilisation du droit de préemption, constituer des réserves

foncières et se projeter dans le long terme.

- Equilibrer les zones de développement dans la ville et extra muros : espaces commerciaux, artisanaux,

d'habitation.

- Instaurer un débat citoyen sur le Plan Local d'Urbanisme, sur le Plan Local de l'Habitat et sur les déplacements

à l'échelle du bassin de vie.

> L

Cela va de pair avec notre réflexion sur l'écologie : il faut développer les transports urbains propres, avancer

le projet de contournement de la ville et prévoir des parkings périphériques desservis par des navettes vers

le centre ville. Il faut donc aussi aménager des pistes cyclables qui rejoignent les 2 extrémités de la ville.

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE.ES DÉPLACEMENTS.

- 7 - Conjuguer environnement et santé

> L'

nuisances et les pollutions. Retour à une gestion municipale de l'eau : lutte contre le gaspillage et amélioration

de la qualité. Modification tarifaire allant dans le sens d'un moindre coût pour les usagers si cela

est possible.

> U

existante en matière d'affichage publicitaire.

> C

> L'

agricole. On peut donc envisager de travailler avec les agriculteurs gapençais (et avec la SAFER) sur

l'aide à l'installation de jeunes, le soutien aux circuits courts et aux AMAP, à l'agriculture biologique, le

refus des OGM.

> L

acteurs d'une politique municipale garantissant l'accès à l'information, à la prévention, aux soins, en

prenant en compte les pathologies liées à l'environnement et aux conditions de vie et de travail.

EAU ET L'AIR : ce sont des biens communs. Il faut donc prendre toutes les mesures pour combattre lesNE POLITIQUE volontariste dans le domaine de la propreté et du bruit. Faire respecter la réglementationRÉATION et extension des espaces verts en ville : il y a un seul parc public dans le centre de Gap.AGRICULTURE : nous devons préserver les ressources naturelles et la biodiversité. GAP est une communeA SANTÉ : nous agirons pour que les professionnels, les institutions, les usagers, se concertent et soient

Une politique écologiste

5

N

OS PRIORITÉS :

CRÉATION

de "commissions municipales santé" chargées d'un plan local de santé publique,

MISE EN PLACE

Ses missions seront : l'inventaire des risques de pollutions (y compris sonore et visuelle), la

surveillance des déchets, des installations dangereuses et celle des risques liés à l'insalubrité du bâti

(saturnisme, amiante), l'évaluation des politiques de santé et l'évaluation des besoins.

d'une politique de prévention et d'un service de santé en liaison avec les instances régionales.

SOUTIEN

maison des adolescents et permanences de santé mentale...

aux associations Planning Familial, Centre d'Information sur le Droit des femmes, réseaux santé,

DÉVELOPPEMENT

aux faibles ressources et à la sous information.

de services de soins infirmiers et d'aide à domicile afin de lutter contre les inégalités liées

DÉVELOPPEMENT

et défense des services publics notamment hospitaliers.

- 8 - Construire une politique municipale écologiquement responsable

> généraliser tout dispositif permettant une approche cohérente et globale de développement durable (agendas

21 locaux, plans énergie/climat territoriaux, chartes, etc.) en associant les acteurs locaux et les citoyens.

> présenter au conseil municipal en début de mandat un plan d'actions écologiques, puis présenter en

fin de mandat un bilan d'évaluation des actions écologiques menées (bilan carbone, ou tout autre outil

permettant la détermination de l'impact écologique, etc.)

> promouvoir les comportements et les activités éco-responsables.

> faire de l'achat public un puissant levier de développement durable avec l'inclusion de clauses environnementales

dans les marchés publics.

> favoriser l'usage du bois bénéficiant d'une éco-certification ou équivalent, garantissant qu'il provient

de forêts gérées durablement.

> impulser la mise ne place des commissions locales d'information et de surveillance (CLIS) à proximité

des installations classées.

- 9 - Conduire une politique municipale solidaire des territoires

Les communes sont actuellement prises dans un double mouvement: décentralisation et intercommunalité.

Afin que les territoires soient égaux en droit, nous proposons :

> une péréquation corrigeant les revenus et potentiels fiscaux variable d'une commune à l'autre,

> le développement de services publics intercommunaux, particulièrement pour les petites communes qui

ont besoin de mutualiser leurs moyens.

> Une intercommunalité de projets discutés, contrôlés, par les habitants.

Nous nous engageons à lutter contre toutes les régressions sociales, écologiques, et démocratiques dont la politique

de Nicolas Sarkozy est l'expression.

La mondialisation est souvent terrible pour les individus, mais elle permet aussi que de nouvelles relations se

nouent entre villes et entre pays.

Ces relations sont de deux ordres :

- Les relations au travers des comités de jumelage ou des actions humanitaires et solidaires, ou encore

de la construction de l'Europe…

- Les relations d’entraide à l'accueil des personnes qui fuient leurs pays pour des raisons politiques, économiques

ou climatiques…

Nous proposons de participer en tant que municipalité à la construction de relations euro-méditerranéennes

GAUCHE

sur la base de soutien concerté au développement.

37 rue du Mazel

05000 GAP

Téléphone :

06 79 25 38 44

Courriels :

jceyraud@wanadoo.fr

jpccers.leroux@wanadoo.fr

Blog :

http://jceyraud.blogspirit.com

Création 04 92 58 12 33 IPNS, ne pas jeter sur la voie publique

http://jceyraud.blogspirit.com/media/02/01/7de405a0ee7644c5d15320307b14e685.pdf

Publié dans Programme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article