Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le programme Radicalement À Gauche (Le Mans)

Publié le par soret

POUR UNE CULTURE ACTIVE ET DE PROXIMITÉ

La culture n’est pas un simple « divertissement ». Elle est une nécessité sociale et donc un droit pour tous au même titre que l’emploi, le logement, la santé. Elle est un enjeu majeur de la cité et participe à la lutte contre l’exclusion.

La culture ne saurait être jugée au critère de la rentabilité, son financement nécessite des engagements importants de l’Etat sans lesquels elle se trouve livrée de façon inégalitaire à des enjeux électoralistes, voire populistes. La culture ne se réduit pas aux seules industries culturelles qui visent à la transformation du monde en marchandise et des œuvres en produits de consommation. Les élu-e-s de Radicalement à gauche s’opposeront à la marchandisation de la culture et à son instrumentalisation à des fins de communication.19 L’espace politique de la commune est un terrain privilégié pour une politique culturelle active et ambitieuse, claire et transparente.

Nous militerons pour placer les arts et la culture à leur juste place dans notre société. Cela suppose de garantir la liberté de création et d’expression, de développer la diffusion et la rencontre avec tous les citoyens ainsi qu’une véritable politique sociale d’accès aux arts et à la culture. Nous nous appuierons sur une exigence de démocratie culturelle qui redonnera toute sa place à l’éducation populaire autour des principes de formation et d’élargissement des publics.

En particulier nous nous engageons à :

➥ permettre le meilleur accès à la culture pour tous et partout en favorisant le développement de lieux culturels : médiathèques, salles de spectacle, musées, lieux de projection de films échappant aux diffuseurs privés….

➥donner à la culture actuelle les moyens de s’exprimer dans la commune, c’est un enjeu social. Le rôle de la commune est de mettre en lumière cette culture multiple et diverse. Cela va de la salle de répétition pour les groupes de musiciens, de locaux pour des expositions autogérées aux lieux de rencontres ouverts à la diversité de la population.

➥favoriser la mise en valeur du patrimoine culturel local, élément primordial pour que les habitants s’approprient un passé et un espace commun. Cela passe par la valorisation de sites marquants, pas seulement des sites historiques, il peut s’agir d’anciennes usines, de quartiers...ou par la création d’ateliers d’écriture, de théâtre, d’arts plastiques pour exprimer leur perception de la ville, du quartier, ou d’ateliers de mémoire, pour pérenniser les éléments peu ou non reconnus du passé collectif (histoire des populations, culture ouvrière, mémoire des femmes...).

➥respecter et aider les initiatives alternatives, lieux culturels autonomes, qui souvent jouent un rôle à la fois social, politique et culturel. La ville accentuera les efforts pour mettre locaux et moyens à disposition de la création autonome dans les friches et quartiers en mutation.

Nous agirons avec et pour les acteurs culturels :

• artistes professionnels du spectacle vivant, plasticiens, auteurs…

• équipes artistiques engagées dans un processus de création.

• acteurs institutionnels, associatifs et lieux culturels

C’est le dynamisme des nombreux acteurs culturels locaux, la pertinence de leur travail qui irrigue la ville d’une vie culturelle importante.

Nous travaillerons à la cohérence d’un projet culturel de l’agglomération.

Dans le sillage des idéaux de l’éducation populaire, nous encouragerons des pratiques impliquant des interactions renouvelées entre mondes artistiques et autres champs sociaux, mêlant sur de mêmes projets amateurs et professionnels, rendant actives les populations dans la construction d’un authentique développement culturel. Il revient aux artistes d’inventer ; de créer les conditions d’un questionnement collectif sur le monde en général, sur l’intérêt de l’art et de la culture. Le rôle de la municipalité est de les y aider.

Nous engagerons des projets culturels avec les associations, car celles-ci sont une expression indépendante des cultures populaires, locales et régionales. Des expériences où l’on retrouve dans un même projet acteurs sociaux et pédagogiques, culturels et créateurs, seront encouragées. La politique culturelle communale passera par le croisement de toutes ces actions.

Nous nous engageons à établir, tous les deux ans, un bilan avec les différents partenaires.

Nous proposerons une autre utilisation des moyens

Nous dénonçons le choix répété par la municipalité précédente de l’évènementiel, très coûteux, au détriment d’actions moins visibles et moins « médiatiques » mais plus proches des habitants.

Dans une dynamique favorable au spectacle vivant, nous ré-développerons les spectacles d’été en centre ville et dans les quartiers dans un esprit festif.

Afin de créer du lien social dans des maisons de quartiers actuellement « sans âme », nous confierons la gestion de ces équipements culturels de proximité à des associations sur les bases d’un cahier des charges concernant des projets en direction du quartier. POUR UN SPORT POPULAIRE

Comme la culture, le sport peut être expression de liberté et outil de construction de citoyenneté et de lien social.

Le prestige d’une ville à l’échelle nationale ne doit pas faire oublier le sport amateur, qu’il soit de loisir ou de compétition. Le sport au Mans c’est plus de 240 associations pour plus de 40000 licenciés, 1300 jeunes dans les écoles municipales et 1700 adultes dans les activités organisées par le service des sports.

Nous rééquilibrerons le budget en faveur du développement de la pratique amateur, des équipements qui lui sont nécessaires , et de l’aide aux clubs, notamment par des moyens humains. Ces projets doivent faire l’objet d’une concertation publique.

Les subventions aux clubs sportifs professionnels seront conditionnées à une contribution effective sous forme de formation et d’encadrement de jeunes, avec une visée non élitiste.

Nous œuvrerons pour la réappropriation locale des biens culturels et sportifs.

Il nous paraît essentiel que la gestion des grands complexes ne soit plus l’objet de concession ou de délégation à des entreprises privées. Ce problème atteint la caricature avec les problèmes de « naming » et de financement du nouveau stade. Les élu-e-s Radicalement à gauche revendiquent le retour de l’ensemble des infrastructures sportives aujourd’hui exploitées par le privé dans le service public municipal pour dégager ces domaines des intérêts des entrepreneurs.

Nous instaurerons une gestion démocratique de la culture et du sport

Que ce soit dans le domaine de la culture, ou dans celui du sport, le maire sortant peut se targuer d’avoir fait des choix : ses choix. Que ce soit pour les thèmes de la 25ème heure du livre, l’attribution de certaines subventions, la finalisation du nouveau stade, la plupart des grandes décisions semblent se prendre dans l’ombre. Nous sommes intimement persuadés que ces projets ressemblent plus à des « faits du prince » qu’à des choix démocratiques. En ce qui concerne le projet du multiplexe aux Jacobins le débat réel n’a pas eu lieu. Un projet d’une telle ampleur nécessite que l’on redonne la parole aux Manceaux !

Pour qu’il n’y ait plus d’élus/décideurs et de spectateurs/consommateurs, les élu-e-s de la liste Radicalement à gauche aideront à la mise en place et donneront un réel pouvoir à des commissions mixtes intégrant les élu-e-s, les acteurs des domaines culturels et sportifs (associations, salariés, intermittents…), et les habitants. Nous mettrons enfin en place des consultations réellement démocratiques pour les grands projets de la Ville.

Éducation, action sociale et service à la personne

Éducation, générations, et services….

Lire la suite

POUR AMELIORER LA VIE DES QUARTIERS

UNE DEMOCRATIE APPROFONDIE…

Lire la suite

Publié dans Programme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article